Le référendum du 10 juillet 2005: un vote pour l’Europe

Le droit d’initiative populaire, le renforcement des pouvoirs de co-décision du Parlement européen, l’association des Parlements nationaux dans le processus législatif européen, la reconnaissance de la personnalité juridique à l’Union européenne, l’accès de tous les citoyens européens aux documents et aux sessions législatives du Conseil des Ministres, la création de postes de Président permanent du Conseil européen et de Ministre européen des Affaires étrangères ou encore l’intégration de la Charte des droits fondamentaux dans la Constitution sont autant de réformes qui ont le potentiel de rendre l’Union européenne plus démocratique, plus transparente et plus efficace.

Certes, le texte n’est pas parfait mais c’est le meilleur compromis possible.

C’est à l’intérieur de l’Europe que le Luxembourg, l’une des trois capitales européennes qui abrite plus de 9.500 fonctionnaires européens, s’est hissé depuis cinquante ans parmi les pays les plus prospères du monde. C’est à l’intérieur de l’Europe que réside pour notre pays le meilleur futur possible.

Le 10 juillet prochain, il s’agira de ne pas oublier ce que l’Europe représente pour le Luxembourg et ce qu’elle peut nous apporter encore si nous savons de nouveau dire oui à la plus formidable entreprise politique du dernier demi-siècle.